L’Appel de Cthulhu – illustré

Le Cthulhu est certes imprononçable, mais il fait de plus en plus partie de la culture actuelle. Cette créature possède un corps humain avec des ailes ressemblant à celles d’un dragon et une tête de pieuvre avec des tentacules pour la bouche (on le voit de dos sur la couverture). L’imaginaire de Howard Phillips Lovecraft nous raconte le mythe du Cthulhu au travers de ses nouvelles:

  • Dagon (1917) ;
  • L’Appel de Cthulhu (1926) ;
  • L’Affaire Charles Dexter Ward (1927) ;
  • L’Abomination de Dunwich (1928) ;
  • Les Montagnes hallucinées (1931) ;
  • La Maison de la sorcière (1933) ;
  • Dans l’abîme du temps (1936) ;
  • Le Cauchemar d’Innsmouth (1936).

Comment le prononcer l’imprononçable ? J’ai cherché et Wikipédia m’a donné la réponse (comme bien souvent). Voici un extrait d’une lettre traduite qui explique l’élocution :

« La véritable sonorité, si les organes humains peuvent l’imiter, ou la retranscrire par courrier, ressemble à : khlûl’-hloo, la première syllabe étant prononcée gutturalement et très sèchement. Le « u » ressemble à celui de « full ». Cette première syllabe n’est pas sans rappeler « klul », puisque le « h » affirme l’épaisseur gutturale. Quant au son « l », lui, il n’est pas représenté » 

Au début, je le disais chtülü, et je devrais plutôt dire cloul-lou.

Pourquoi me suis-je penché sur ce livre ? Parce que le phénomène du Cthulhu est bien répandu dans le domaine des jeux de plateaux et de rôles (je possède pandémie : le règne du Cthulhu, qui est excellent) et j’avais envie de lire les récits racontant ce mythe (et oui, c’est aussi un peu la mode du Cthulhu et j’y succombe). Avec cette édition réécrite sous forme de romans graphiques (plutôt des nouvelles accompagnées de sublimes illustrations) je découvre l’univers de Lovecraft.

Pourquoi les histoires de Lovecraft sont-elles de plus en plus présentes dans notre culture ? Les premiers livres existent depuis plus de 100 ans (Dagon sortie en 1917) et sont libres de exploitation en Europe (la directive européenne sur l’harmonisation de certains aspects du droit d’auteur et des droits voisins dans la société de l’information étend les droits d’auteur à 70 ans après la mort de l’auteur. Ainsi, tous les travaux publiés du vivant de Lovecraft sont tombés dans le domaine public dans les 27 pays de l’Union le 1er janvier 2008, Wikipédia je vous dis). Aux États-Unis d’Amérique, c’est un peu différent, c’est 95 ans après la publication des travaux. L’appel du Cthulhu c’est pour 2021 pour nos amis américains (je sens que nous allons avoir plusieurs films ou séries sur le sujet dans 3 ans).

Voici le 4e de couverture pour vous faire découvrir l’univers du livre :

Boston, 1926. À la suite du décès, dans des circonstances étranges, de son grand-oncle, Francis Thurston découvre dans les documents dont il hérite l’existence d’une secte vouant un culte à une créature innommable, endormie depuis des millions d’années. Sacrifices indicibles pratiqués dans les bayous de Louisiane meurtres mystérieux perpétrés en divers endroits du globe, artistes sombrant dans la démence après des visions nocturnes terrifiantes, renaissance de cultes ancestraux et surtout , une cité cyclopéenne surgissant de l’océan lors d’une tempête… Thurston va comprendre peu à peu que les recherches de son grand-oncle concernant le culte de Cthulhu étaient bien trop proches de la vérité et que, dans l’ombre, des adeptes oeuvrent au réveil de leur dieu païen, prêts à faire déferler la folie et la destruction sur le monde. Les astres sont alignés. La fin est-elle proche ? Avec cette nouvelle, Lovecraft écrit dans les années 1920 l’une des plus fameuses histoires de la littérature fantastique américaine. Cthulhu, le Grand Ancien qui rêve et attend au fond des noirs abysses océaniques, deviendra à lui seul le symbole de tout l’univers créé par l’auteur de Providence. Fasciné depuis toujours par cette oeuvre peuplée de créatures tapies dans les recoins les plus sombres et d’Anciens titanesques dont la seule vue suffit à vous faire sombrer dans la folie, François Baranger, illustrateur reconnu dans le monde pour ses talents de concept artist pour le cinéma et le jeu vidéo, s’est attelé à la tâche « cyclopéenne » de mettre en images les principaux récits de H.P. Lovecraft.

C’est bon vous êtes dans le bain ? Oui, c’est de la fantaisie pure et ça peut faire peur avec ce monstre. Les dessins mettent bien le récit en avant et nous plongent dans l’ambiance de l’auteur. L’illustrateur, François Baranger, a fait un extraordinaire travail et son trait colle parfaitement avec le livre. L’histoire se lit vite, elle n’est pas très longue. D’ailleurs, c’est plus une nouvelle qu’un romand. J’ai envie d’en savoir plus et de lire les autres livres du mythe du Cthulhu. On sent que l’univers est grand et que l’enquête peut donner quelque chose d’intéressant. Mon avis est plutôt très positif, mais reste curieux en voulant en savoir plus sur l’histoire. Je vous conseille d’au moins feuilleter l’album si vous avez déjà lu le livre, si ce n’est pas le cas, vous pouvez sans autre commencer le l’appel du Cthulhu et vous me diriez si vous voulez enchaîner sur la suite, comme moi.

Bonus Scooby-Doo :

Quand j’étais petit, j’adorais regarder Scooby-Doo (c’est peut-être pour cela que j’aime beaucoup la fantaisie). En cherchant la littérature de Lovecraft j’ai tout de suite pensé aux montres du dessin animé en lisant le personnage de Dagon :

image1.jpeg

Puis je me suis demandé si d’autres liens existaient. Et j’en ai trouvé dans la nouvelle saison (2010-2013, Scooby-Doo! Mystery Incorporated), il y a un personnage professeur H.P. Hatecraft (Lovecraft) et plein d’autres références au Cthulhu :

Le livre qui ressemble à l’oeuvre de Lovecraft et le Cthulhu s’appelle ici Char Gar Gothakon :

mystery-inc-570x320.jpg

On retrouve aussi des références dans Rick & Morty dans le générique, Dr Zoidberg dans Futurama y ressemble avec ses tentacules sur le visage. Mais aussi dans South Park et dans les Simpsons on retrouve notre Cthulhu. Il fait bel et bien partie de la culture populaire actuelle et ce n’est pas près de s’arrêter.

2 commentaires Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.