Le meilleure des mondes

C’est ma copine qui m’a conseillé ce livre au vu de mes lectures actuelles de Science-Fiction. Je ne connaissais pas du tout cette histoire, mais après l’avoir lu, je me suis dit que je retrouvais ce schéma de caste dans une grosse partie des histoires connues ces dernières années (Divergente, Servante écarlate, Hunger Games…). Le livre date de 1932 et écrit par Aldous Huxley.

4e de couverture :

Voici près d’un siècle, dans d’étourdissantes visions, Aldous Huxley imagine une civilisation future jusque dans ses rouages les plus surprenants : un État mondial, parfaitement hiérarchisé, a cantonné les derniers humains sauvages dans des réserves. La culture in vitro des fœtus a engendré le règne des  » Alphas « , génétiquement déterminés à être l’élite dirigeante. Les castes inférieures, elles, sont conditionnées pour se satisfaire pleinement de leur sort. Dans cette société où le bonheur est loi, famille, monogamie, sentiments sont bannis. Le meilleur des mondes est possible. Aujourd’hui, il nous paraît même familier…

J’ai bien aimé le roman et les parallèles avec ce que l’on connaît de l’histoire réelle (celle avec un grand H), mais j’aurais voulu en avoir un peu plus. Les castes sont traitées régulièrement et de manière plus ou moins approfondie dans d’autres histoires. Mais celle-ci est avant-gardiste par rapport à celles que je cite ci-dessus, mais les nouveaux romans ont une peu plus de profondeurs que « le meilleur des mondes » (par contre ils exploitent très facilement la trame de fond d’Aldous Huxley). Il va caricaturer la société de consommation américaine, le communisme de l’Union soviétique et aussi les expérimentations nazies (création de bébés aryens). Je citais le livre « Divergente » sorti en 2011, « Hunger games » sorti en 2008 et « la Servante écarlate » sorti en 1985, il y a au moins une bonne cinquantaine d’années d’écart entre « le meilleur des mondes » et la servante écarlate. Dans « le meilleur des mondes », toute valeur morale est remplacée par l’économie. La science est au service du conditionnement des hommes. Et ceux-ci sont « préparés » dès leurs conceptions, à leur future vie. L’enseignement reste que basique et sans profondeurs, la réflexion n’existe pas et dès que l’on se sent mal, on prend un petit  remède miracle appelé soma et on se sent beaucoup mieux (citation du livre : « Un gramme à temps vous rend content »). L’objectif : abaisser les facultés intellectuelles afin de maintenir la caste dans son statut.

Je vous recommande sa lecture, qui est un classique du genre. J’ai trouvé géniaux les noms des protagonistes qui sont un clin d’oeil aux personnages historiques existants (Lénine, Marx, Ford, Darwin, Bonaparte, Trotsky, …). Et n’oubliez pas de continuer à vous instruire et de garder votre liberté de penser. 🙂

Et un peu dans le même genre on retrouve la ferme des animaux d’Orwell.

Avez-vous d’autres livres à me recommander dans ce genre ? J’ai dans la pile de lecture, 1984, et les falsificateurs (d’Antoine Bello).

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Ping: 1984

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.