Le Sorceleur – Le dernier Voeu / L’épée de la providence

Ayant énormément entendu parler du jeu vidéo The Witcher et plus récemment la future série de Netflix. Je me suis dit qu’il fallait que je découvre cet univers passionnant qu’est le Sorceleur.

Les deux premiers « volumes » sont plutôt des recueils de nouvelles qui reprennent des histoires arrangées autour de compte comme : Dracula, Blanche neige, La belle et la bête, Raiponce, La princesse et la grenouille, La petite Sirène… Et c’est un peu déroutant au début de relire ces classiques, mais différemment. Geralt de Riv est un personnage atypique. Il est un sorceleur. Il chasse des monstres, mais de manière étique, contre de l’argent. Un gagne-pain comme un autre … Il a plusieurs acolytes qui apparaissent au fil des histoires, et chacun apporte sa pierre à l’édifice. Mêlant action, humour, magie, fantaisie à merveille Andrzej Sapkowski réussit une superbe saga (du moins pour les deux premiers livres) . J’ai hâte de découvrir la suite des aventures de nos héros. Mais je crains que ne n’aurais pas le temps avant la diffusion de la série de Netflix. Je vous propose une petite bande-annonce de l’adaptation télévisuelle :

Dans le dernier Voeu, le livre est découpé en six nouvelles indépendantes accompagnées d’un récit intercalé entre elles, voici leurs synopsis pris sur Wikipédia :

  • Le Sorceleur : La fille incestueuse du roi Foltest, qu’il a eu avec sa soeur Cadette Adda, est déclarée morte à la naissance. Mais sept ans plus tard, la princesse revint en tant que strige à cause d’une malédiction qui aurait été posée par la mère de Foltest. Celle-ci ne supportait pas l’affection que le roi avait pour sa sœur. Chaque nuit de pleine lune, elle s’éveille et sort de son cercueil pour aller se repaître de vivants. Geralt de Riv relève le défi de lui rendre son humanité en échange d’une rétribution conséquente. Cette première histoire introduit le personnage avec ses principales caractéristiques : mercenaire doué de capacités surhumaines ; individu vénal, mais non dénué d’un certain sens de l’honneur. La princesse retrouva son apparence humaine. Cependant, elle a l’âge mental d’une enfant de 4 ans. Au cours du désenvoûtement, Geralt fut grièvement blessé au cou par un coup de griffe.
  • La Voix de la raison : Cette histoire, découpée en plusieurs parties et intercalée entre les autres, est la suite directe de la première nouvelle, Le Sorceleur. Écrite après les autres récits, elle sert de fil conducteur entre ces derniers et raconte la période de convalescence de Geralt faisant suite à son combat contre la princesse Adda transformée en strige. Durant son séjour au temple de Melitele, il se remémore ses précédentes missions. Les différentes parties de l’histoire introduisent certains personnages récurrents de la saga du sorceleur dont Nenneke, la prêtresse de Melitele qui s’occupera plus tard de l’éducation de la jeune Ciri, et Jaskier, le troubadour et meilleur ami de Geralt.
  • Un grain de vérité : Voyageant dans la campagne, le sorceleur découvre le cadavre d’un marchand et celui de sa fille visiblement massacrés par une créature surnaturelle. Continuant son chemin, il arrive dans un château où il est accueilli par Nivellen, un affreux monstre. Contre toute attente, celui-ci se montre très affable et civilisé. Il lui raconte son histoire qui ressemble fort à celle de La Belle et la Bête, du moins en ce qui concerne son commencement. En espérant retrouver son apparence humaine, il invite de manière régulière des jeunes filles à passer un an en sa compagnie (il espère que les contes populaires ont un fond de vérité). La dernière jeune femme à être venue vivre avec lui est Vereena, une beauté aux cheveux noir de jais. Cependant, la belle n’est pas ce qu’elle semble être : c’est une brouxe, une variété de vampire résistant à la lumière du soleil. Geralt ne s’en rendra compte qu’assez tard dans l’histoire. Tous les contes de fées et les magiciens s’accordent sur un point : il faut un amour sincère pour rompre les charmes. Aussi ténébreuse soit-elle, la brouxe était sincèrement amoureuse de Nivellen.
  • Le Moindre Mal : Après avoir tué une dangereuse créature, appelée Kikimorrhe, le sorceleur se rend dans le village voisin en espérant une récompense. Il s’adresse au magicien du village en qui il reconnaît une vieille connaissance, le magicien Stregobor qui lui causa autrefois quelques ennuis. Celui-ci le supplie de l’aider car il est poursuivi par une femme, la « Pie Grièche » (son histoire ressemble à celle de Blanche-Neige), Geralt devra opter entre les deux antagonistes en faisant le choix du « moindre mal ».
  • Une question de prix : La reine Calanthe, dite la lionne de Cintra, a embauché le sorceleur pour abattre un monstre. Celui-ci a autrefois sauvé la vie du roi. En récompense de son action, il invoque la destinée qui le lie à la fille du roi. Il doit venir, au cours d’une soirée, réclamer le prix de son service, c’est-à-dire la main de la princesse Pavetta. Cette histoire est en lien direct avec la saga du sorceleur car Geralt, invoquant aussi la destinée, réclame à Duny ce qu’il possède déjà sans le savoir : Ciri, l’enfant que porte Pavetta.
  • Le Bout du monde : Dans une contrée éloignée, la vallée des fleurs, à la limite du monde où vivent encore les derniers elfes, le sorceleur est engagé par des paysans pour chasser un sylvain, sorte de faune des bois. Ce dernier pille en fait les paysans pour aider les elfes réfugiés dans les bois. Les elfes menaceront la vie de Geralt et de son compagnon Jaskier, qui seront sauvés par l’intervention d’une créature très ancienne, la Vivette, qui n’est autre que l’esprit du renouveau et du printemps.
  • Le Dernier Vœu : Alors qu’ils pêchent au bord d’une rivière, Geralt et son ami le barde Jaskier découvrent une étrange urne. Ils laissent échapper le djinn qui se trouve à l’intérieur et qui a le pouvoir d’exaucer trois vœux. Néanmoins, celui-ci attaque et blesse le barde avant de disparaître dans la nature. Le sorceleur va tenter de faire soigner son compagnon dans la ville de Rinde, où réside alors une magicienne… Cette histoire donne des informations sur la magicienne Yennefer et l’origine de l’amour que Geralt éprouve pour elle.

Pour l’épée de la Providence, le livre se découpe aussi en 6 nouvelles, voici leurs synopsis pris sur Wikipédia :

  • Les Limites du possible : Geralt rencontre le seigneur Borch, dit aussi Trois Choucas, ainsi que Téa et Véa, les redoutables guerrières qui l’accompagnent. Ils retrouveront sur leur chemin Jaskier, Yennefer et une petite troupe en partance pour chasser un dragon aperçu dans les environs.
  • Éclat de glace : Alors que Geralt partage une chambre depuis plusieurs jours avec Yennefer à Aedd Gynvael en attendant que celle-ci en ait fini avec ses affaires en ville, il apprend qu’elle y retrouve régulièrement un collègue magicien nommé Istredd qui fut, et est toujours, un de ses amants, et désire désormais l’épouser. Les deux hommes vont exhorter la magicienne à faire un choix entre l’un des deux.
  • Le Feu éternel : À l’immense cité marchande de Novigrad, un doppler surnommé Doudou a pris l’apparence du marchand halfelin Dainty Biberveldt. Ce dernier, avec l’aide de Jaskier et de Geralt, se mettent sur la trace du doppler qui a profité de l’apparence du marchand pour faire des affaires qui s’avèreront ruineuses d’après Dainty, alors que l’ordre du Feu Éternel qui sévit en ville fait tout ce qui est en son pouvoir pour mettre à mort les créatures magiques qui peuvent sévir en ville.
  • Une once d’abnégation : Par sa connaissance en langues anciennes et en monstres, Geralt est recruté par le seigneur local Agloval pour servir d’intermédiaire entre l’homme et la sirène Sh’eenaz. Tous deux s’aiment d’un amour passionné, mais chacun exige de l’autre qu’il renonce à ses attributs raciaux pour venir vivre dans son monde. Il fait entre-temps en compagnie de Jaskier la connaissance de la barde Petit-Œil, qui éprouve vite un profond intérêt pour le sorceleur, pendant que les négociations sont au point mort tant chacune des parties refuse de faire preuve d’une once d’abnégation.
  • L’Épée de la providence : Dans la forêt de Brokilone où vivent les dryades, Geralt rencontre la jeune Ciri, qui n’est autre que l’enfant qui lui est destinée par les lois de la providence. Mais la forêt, territoire des dryades, impose que toute fille qui pénètre dans ces terres doit se transformer en l’une d’elles et ne plus jamais en partir.
  • Quelque chose en plus : Après avoir été grièvement blessé par un monstre, Geralt est secouru par le marchand qui l’avait engagé et est transporté vers la ville la plus proche pour être soigné. Dans un état semi-comateux, assommé par l’effet secondaire des élixirs de sorceleur qu’il a utilisé pour se guérir, il se remémore en rêve quelques moments passés sur la chance qu’il a laissé passer à pouvoir rencontrer l’enfant de Pavetta qui lui était promise, pendant que le pays vit sous la peur et le désordre de l’invasion de l’empire de Nilfgaard sur les royaumes du Nord.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.