BD : À la recherche de Peter Pan

Je suis tombé par hasard en écoutant la radio sur cette BD. L’auteur, Cosey, a reçu le grand prix du festival d’Angoulême. Ce qui m’a fait m’a donné envie de le lire; la trame se déroule en Valais (et qu’il a gagné un prix à Angoulême). J’ai passablement de famille en Valais et pas mal de bons souvenirs. Bonne surprise quand on ouvre les pages et qu’il y un contexte qui mêle l’histoire réelle avec celle du livre, des photos d’archives et des dessins magnifiques des costumes anciens. Là, j’ai fortement pensé à ma famille valaisanne, surtout ma maman et mes grands-parents pour les costumes typique (et une fois fini je l’ai directement amené à maman pour qu’elle le lise aussi).

4e de couverture :

Réédition – Tomes 1 et 2 en un volume – Grand format Qu’est donc venu chercher Sir Melvin Woodworth au beau milieu des Alpes valaisannes ? L’inspiration pour un nouveau roman que ses éditeurs londoniens lui réclament à corps et à cris ? En partie, mais sa quête est double: il est également à la poursuite d’un souvenir, de l’ombre de son frère Dragan, pianiste échoué au beau milieu des montagnes. Il découvrira qu’il faut parfois relire le passé sous un angle différent pour pouvoir écrire l’avenir.

L’histoire est agréable et les dessins sublimes. On s’y croirait. L’ambiance est bien retranscrite par l’auteur, qui arrive à nous plonger dans l’atmosphère expliquée en début de livre. On retrouve la vie très dure de la montagne du début du 19e siècle, surtout avant l’arrivée de touristes venus skier sur l’or blanc. Un livre à faire découvrir à tous les amoureux du Valais ou ceux qui rêvent de belles contrées enneigées parsemées de raccards et autres mayens (je ne vais pas vous divulguer l’histoire complète, mais fendant, pain de seigle, jambon séché, raclette et Farinets sont au rendez-vous). Et pourquoi ce titre ? Je vous laisse le découvrir en lisant cette magnifique bande dessinée.

Biographie de l’auteur : 

C’est au beau milieu des Alpes suisses que Cosey acquiert le goût des grands espaces enneigés, de la littérature américaine et de la bande dessinée. Sous la tutelle de Derib, il apprend le métier de raconteur d’histoires en cases, domaine dans lequel il manifeste un talent qui lui ouvre bien vite les portes du journal « Tintin ». Mais, peu à l’aise dans les sillons déjà défrichés du 9e Art, Cosey préfère créer un héros qui lui ressemble : Jonathan. Cette aventure intérieure, que Cosey nourrit constamment de ses voyages, de ses lectures et de ses réflexions, est consacrée par le Prix du meilleur album à Angoulême, en 1983. Succès qui lui permet d’ouvrir d’autres portes, comme celle du one-shot. Ainsi, son talent pour la représentation graphique du vide, et l’écriture du non-dit, explose dans « À la recherche de Peter Pan », paru au Lombard en 1985. S’ensuivront quantité d’albums (« Voyage en Italie », « Saïgon-Hanoï », « Zeke raconte des histoires », etc.) au fil desquels il nous fait partager voyages et émotions. Ce qui ne l’empêche pas de nous donner quelques nouvelles de Jonathan de temps à autre…

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.